En vadrouille dans le haut Var,  partie à la découverte de villages typiques il y en a encore non pollués par le tourisme à tout va, j’aperçois une bastido qui m’a semblé encore bien sympathique, bien ombré avec un grand espace où gambadaient plusieurs chèvres , ainsi qu’une dizaine de pitchouns

Je frappe à la porte, où un écriteau est bien en évidence « ici fromage de chèvre, naturel, fait maison »

Bonjour ma belle, bonjour madame. Vous avez de bien belles chèvres

M’en parlez pas, elles sont en calour et le bouc est tout excité, car il ne sait où donner de la tête,   regardez-moi ça, ça n’arrête pas, elles vont faire crever Pépère,  c’est le nom du bouc, je ne pourrais plus le louer à mon voisin pour ses chèvres,

 Elle siffle et demande à Pataud de mettre fin à cette partouse chevrière

Etant venue pour les fromages, la fermière m’emmène dans la pièce à côté où un grand choix de fromages s’étale sur un grand établi. L’odeur du lait frais chatouille mes papilles.et me tourne un peu la tête

Ils sont bons vos fromages, je demande

Ma petite dame, ils sont faits avec amour, c’est sur cette table, au cours de leur préparation que l’on fabrique nos minots,   et je vous prie de croire que ce n’est pas toujours avec le doigt qu’on a vérifié  la consistance du caillé,  Demandez à mon homme, il vous le confirmera

  Goutez donc et vous m’en direz des nouvelles