+ Aujourd’hui, j’ai organisé ma crèche provençale

Le berceau de paille est vide, l’enfant n’étant pas né  juste en chemin

Assise sur une botte de foin, la future mère se lamente,  qu’ai-je fait au bon dieu pour me retrouver enceinte, moi qui suis vierge,   sainte de corps et d’esprit

Il parait que c’est un intrus qui m’a fait ça, à l’insu de mon plein gré

A ses côtés,  son époux qui se demande bien comment il a pu faire cela sans s’en rendre compte,  serait-il somnambule,

Se présente par ordre :

 ou pastre avec son bâton taillé dans le bois le plus dur, à ces cotés, le bélier qui regarde en coin l’époux et qui rigole bêlement, y a pas que moi qui porte des cornes pense il

Quelques moutons, et moutonnes se frottent les uns contre les autres, toison a toison,  pour se réchauffer, je pense

L’amoulaire qui aiguise ses couteaux afin de mieux piquer à vif les pauvres brebis innocentes

Lou ravi et les ravidos  ,  la culotte pleine et l’esprit vide

Aussi l’ange Boufareu  qui souffle le chaud et le froid dans sa trompette,

Lou mounié et son ai qui recule quand il faut avancer et est têtu comme une bourrique,

Lou boulengié avec ses petits pains ronds, et qui cherche partout sa pomponnette qui miaule à la lune  pour renouveler son quotidien avec pompon un peu trop vieux

La bugadiero  qui lave le linge sale des autres, et qui aime ça

La fileuse et la tisseuse qui taillent des croupières sur le dos de certains

Lou pescaire  qui fait escale le temps d’une nuit, juste pour admirer le petit jésus

Lou ramounaire, visage noir et queue blanche, contrairement au  lou mounié  qui s’endort au soleil  et rougit au fur et a mesure des rayons de maitre soleil durant les beaux jours en attendant que le blé se change en farine tout seul

L’Arleso  qui raconte des histoires à dormir debout

Des  musicaires ,  joueuses et joueurs  de pipeau,  qui ne racontent que des bêtises et qui farandolent gaiment pour nous embrouiller

Un pistachié, plus paresseux que nature, sauf au lit..

Et en dernier lieu, lou  ai et le lou biou

 qui sans eux deux la religion catholique n’existerait pas, le petit jésus  n’aurait pas survécu au froid,  quel dommage pour Noel

v